1806-1811 : Les Indes néerlandaises sous administration française

1806-1811 : Les Indes néerlandaises sous administration française

Saviez-vous que la France a régné sur les Indes néerlandaises (l’actuelle Indonésie) au début du XIXème, lors de l’apogée de l’empire napoléonien ? L’article ci-dessous vous en explique les circonstances.


Napoléon fut brièvement le « maître » des Indes néerlandaises entre 1806 et 1811 (les Britanniques prirent le relais jusqu’en 1815, et rétrocédèrent ensuite l’archipel aux Néerlandais). La défaite des Pays-Bas face à l'Empire français, ainsi que la dissolution de la Compagnie des Indes Néerlandaises (la fameuse V.O.C.) amenèrent à de profonds changements dans l'administration coloniale de l’archipel, ce d’autant plus qu’une des guerres napoléoniennes fut menée à Java. Cette période, qui a duré près d'une décennie, fut le témoin de nombreux bouleversements à Java, de par les ambitieux projets d'infrastructures et de défense, suivis de batailles, de réformes et de bouleversements majeurs dans l’administration de la colonie.


Prélude


En 1800, la Compagnie des Indes néerlandaises (Vereenigde Oost-Indische Compagnie - VOC) déclara faillite et fut nationalisée par le gouvernement batave. En conséquence, tous les actifs de la société, qui incluaient les ports, les entrepôts, les fortifications, les colonies, les terres et les plantations, furent regroupés et formèrent le socle des Indes orientales néerlandaises, contrôlées par le royaume des Pays-Bas. Depuis leur capitale Batavia (l’actuelle Jakarta), les Néerlandais eurent donc la main sur la majeure partie de Java (à l'exception des terres intérieures de Yogyakarta et Banten), et conquirent la côte ouest de Sumatra, d'anciennes colonies portugaises à Malacca, les Moluques, le sud et le nord des Célèbes (l’actuelle île de Sulawesi), et également le Timor occidental. Parmi les possessions hollandaises, Java était considérée comme la plus importante, car elle concentrait la production de cultures commerciales et des plantations sous contrôle néerlandais.


A l’autre bout du monde, l'Europe était quant à elle dévastée par les guerres napoléoniennes. Une conquête et une révolution, et c’est la politique, les relations et la dynamique entre les empires et les nations européennes qui s’en trouvent bouleversés, et affectent par conséquent leurs colonies en Extrême-Orient. Les Pays-Bas sous Napoléon Bonaparte en 1806 devinrent la République batave, puis le Marché Commun néerlandais, qui fut lui-même dissous et remplacé par le Royaume de Hollande, un royaume fantoche français dirigé par le troisième frère de Napoléon, Louis Bonaparte (Lodewijk Napoléon). Pendant toute cette période, les Indes néerlandaises furent donc considérées comme une colonie française, administrée sous la tutelle d’Amsterdam.


La lutte pour le pouvoir et la rivalité entre la France et la Grande-Bretagne se matérialisaient également dans le reste du monde, impliquant dès lors les colonies des deux empires aux Amériques, en Afrique, et en Asie. Depuis 1685, les Britanniques avaient en effet consolidé leur domination à Bencoolen sur la côte ouest de Sumatra (l’actuelle province de Bengkulu), et avaient également établi leur domination dans le détroit de Malacca, à Singapour et à Penang. Alors que ceux-ci convoitaient les colonies hollandaises de la région, les Indes orientales contrôlées par la France se préparèrent donc à une invasion britannique.


Intérim français, de 1806 à 1811

  1806-1811 : Les Indes néerlandaises sous administration françaisePalais de Daendels sur la place de Waterloo à Batavia (Anonyme – KITLV Leiden)

En 1806, le roi Louis Napoléon des Pays-Bas nomma l'un de ses généraux, Herman Willem Daendels, en tant que Gouverneur Général des Indes orientales. Et celui-ci d’avoir alors pour mission de renforcer les défenses javanaises contre une invasion britannique imminente. Il débarqua à Batavia le 5 janvier 1808 et remplaça dans la foulée son prédécesseur, Albertus Wiese. Grâce à lui, l’armée des Indes néerlandaises fut renforcée, de nouvelles routes furent construites à Java et améliora d’une manière générale l’administration interne de l’île.

 

L’autorité de Daendels se devait d’être dure et martiale, afin que la colonie puisse se préparer à la menace britannique. Il fit construire de nouveaux hôpitaux et casernes militaires, de nouvelles usines d'armement à Surabaya et à Semarang, ainsi qu’une nouvelle école militaire à Batavia. La forteresse de Batavia fut également détruite et remplacée par un nouveau fort à Meester Cornelis (l’actuelle Jatinegara, dans la banlieue est de Jakarta). Le fort Lodewijk fut également érigé à Surabaya. Parmi les nombreuses réalisations de Daendels, l’une des plus célèbre reste toutefois la construction de la Grande Voie Postale (Jalan Raya Pos en indonésien) qui traverse tout le nord de Java, d'Anjer à Panaroecan. Cette route, appelée Jalur Pantura, a longtemps servi de route principale entre les deux extrémités de l’île, avant qu’une autoroute (en phase terminale de construction) ne la remplace. Cette route d’environ mille kilomètres fut achevée en à peine un an, période au cours de laquelle des milliers de travailleurs forcés javanais trouvèrent la mort.


Le règne du roi catholique Louis Napoléon aux Pays-Bas mit en outre fin aux discriminations religieuses séculaires contre les catholiques aux Pays-Bas et aux Indes orientales. Jusque-là, les Pays-Bas ne favorisaient en effet que le Protestantisme. Les Catholiques retrouvèrent donc leur liberté de culte aux Indes néerlandaises, bien que la nouvelle loi n’était principalement destinée qu’aux catholiques européens à l’origine, puisque Daendels régnait sous l'autorité de la France napoléonienne. Cette liberté religieuse sera consolidée plus tard par Thomas Raffles.

 

Daendels – réputé pour être un francophile passionné – fit construire un nouveau palais à Batavia, version miniature du palais de Versailles connue sous le nom de « Palais de Daendels » ou « Witte Huis » (Maison Blanche) et souvent dénommée la « Groote Huis » (Grande Maison). Ce palais est de nos jours le bureau du ministère indonésien des Finances, à l'est de Lapangan Banteng (ex Waterlooplein). Il renomma également le Buffelsveld (champ de buffles) en Champs de Mars (devenu depuis la Place de l’Indépendance). Un autre des grands travaux de Daendels fut enfin de faire adopter complètement la loi continentale dans le système juridique colonial des Indes néerlandaises, loi qui a traversé le temps et que l’on retrouve encore de nos jours dans le système juridique indonésien. Le droit indonésien est souvent considéré comme faisant partie du groupe de systèmes juridiques « de droit civil » ou « continental », similaire à ceux des pays européens tels la France et les Pays-Bas.


Le comportement ferme de Daendels envers les dirigeants javanais locaux a toutefois eu pour conséquence une prédilection de ceux-ci à collaborer avec les Britanniques contre les Néerlandais. C’est d’ailleurs Daendels qui a soumis la population javanaise au travail forcé (Rodi)Il a également soumis la population de Java au travail forcé (Rodi). Et les rebellions ne manquèrent pas de se fomenter, telles celle de Cadas Pangeran, dans l'ouest de Java. Daendels est enfin responsable de l’abolissement ddu Sultanat de Banten. En 1808, Daendels ordonna en effet au Sultan Aliyuddin II de Banten de déplacer la capitale du sultanat à Anyer et de fournir de la main-d'œuvre pour la construction d’un nouveau port à Ujung Kulon. Devant le refus du Sultan, Daendels ordonna alors l'invasion de Banten et la destruction du palais de Surosowan. Le Sultan et sa famille furent arrêtés à Puri Intan et détenus au Fort Speelwijk, avant d’être envoyés en exil à Ambon. Le 22 novembre 1808, Daendels déclara depuis son quartier général de Serang que le sultanat de Banten faisait dorénavant partie des Indes néerlandaises.


En 1815, Les Pays-Bas reprirent le contrôle de l'île de Java à l’issue des guerres napoléoniennes et en accordance avec les termes du traité anglo-néerlandais de 1814. En 1816, les Néerlandais assumèrent le contrôle total de leur colonie à Java et dans les autres régions de l'archipel. Et c’est à partir de cette date que les Bataves se lancèrent dans leur conquête du reste de l'archipel. Ils consolidèrent définitivement leur colonie en 1920, qui devint l’une des colonies européennes les plus rentables de l’histoire coloniale internationale.

 

Traduit de l’anglais par Dominic Clarisse (Source : Dutch Docu Channel)

*Photo de couverture: Herman Willem Daendels, Gouverneur-Général des Indes néerlandaises (1808-1811) - Peinture de Raden Saleh (KITLV Leiden)

NOS CIRCUITS
Lie a ce conseil de voyage
Parfum the Mongolie
14 jours - 2,350$
Parfum the Mongolie
14 jours - 2,350$

Bonjour

Je suis Alice de "Azimuth Adventure Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
(+33) 09 70 19 62 82