Zoom sur 4 groupes ethniques d’Indonésie 

Vaste archipel aux mille visages, l’Indonésie n’a pas fini de vous surprendre par sa diversité ethnique et culturelle. Fruit d’un riche passé historique, le pays a toujours été au centre des échanges commerciaux et culturels d’Asie du Sud-Est. Arabes, Indiens, Chinois et Européens contribuèrent également à diffuser leurs cultures au sein des îles indonésiennes. Ce mélange est ainsi à la base des incroyables différences de modes de vie et de croyances qui rythment le quotidien des peuples de l’archipel. Voici donc quatre groupes ethniques indonésiens qui titillent encore la curiosité des voyageurs !

 

Les Batak

Batak de l'île Samosir, Sumatra, photo © Lenisecalleja Photography via Shutterstock

Batak de l’île Samosir, Sumatra, photo © Lenisecalleja Photography via Shutterstock

Situés au nord de Sumatra, les Batak forment une ethnie regroupant près de 6 millions de personnes. Divisés en six groupes différents descendant des mêmes ancêtres, ils ne parlent pas la même langue et ne possèdent pas les mêmes coutumes. Leur société patriarcale se constitue de plusieurs clans appelés marga. Pour consolider des alliances, les mariages ne sont autorisés qu’entre membres de clans différents et la femme intègre le clan de son mari.

Autrefois animistes et cannibales, la majorité des Batak demeure protestante, tandis qu’au Sud, uneminorité est de confession musulmane. Cependant, tous continuent à pratiquer l’adat, c’est-à-dire les rites animistes célébrant le culte des ancêtres.

Les Batak sont un peuple guerrier très fier. D’ailleurs, leur présence au sein de l’armée indonésienne est très importante.

Longtemps resté isolé du reste de l’archipel et de l’influence européenne, les Batak possèdent un artisanat raffiné. L’architecture de leurs maisons en bois traditionnelles est également très célèbre. Certains voient dans la forme spéciale du toit une selle de cheval, un bateau ou une voile. A vous d’en juger également !

 

 

Les Minangkabau

Minangkabau, à Padang, photo © KiwiGraphy Studio via Shutterstock

Minangkabau, à Padang, photo © KiwiGraphy Studio via Shutterstock

Société matriarcale parmi les plus importantes au monde, l’ethnie Minangkabau vit à l’ouest de Sumatra, ainsi que sur les îles de Riau. On dénombre environ 6 millions d’habitants appartenant à celle-ci. De plus, les Minangkabau sont également présents en Malaisie. La majorité d’entre eux est de confession musulmane.

« Minang » signifie « victorieux » et « kabau » veut dire « buffle ». Ce nom viendrait en effet d’une légende contant le combat de deux buffles, l’un appartenant aux Minangkabau et l’autre au royaume du Majapahit. La victoire revenant aux premiers, ceux-ci décidèrent de faire de l’animal leur emblème sacré. D’ailleurs, on en retrouve les signes partout, notamment dans la culture des Minangkabau. Par exemple, les toits de leurs maisons traditionnelles prennent la forme de cornes de buffles.

Chez ce peuple, ce sont les femmes qui dirigent ! Elles sont donc les seules à pouvoir posséder les terres et les biens immobiliers et mobiliers. Les hommes doivent partir pour faire fortune et on les pousse dès le plus jeune âge à voyager et découvrir le monde. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles de nombreux intellectuels et personnalités politiques ont des origines Minangkabau ! L’ethnie participa activement à l’Indépendance indonésienne après la Seconde Guerre Mondiale.

Elle est notamment très reconnue pour sa culture culinaire et artistique. On lui doit ainsi rendang, soto et sate Padang ! Un régal pour les papilles ! Côté art théâtral, le Randai est également originaire de la région Minangkabau. Mélange harmonieux de danses, d’art martial et de mise en scène, il contribue fortement au rayonnement culturel de ce peuple en Indonésie.

 

 

Les Sasak

Une Sasak tissant un ikat, Lombok, photo © I AM CONTRIBUTOR via Shutterstock

Une Sasak tissant un ikat, Lombok, photo © I AM CONTRIBUTOR via Shutterstock

Ethnie la plus répandue sur l’île de Lombok, les Sasak sont principalement des agriculteurs. Divisés en deux groupes distincts, à savoir les Wetu Telu aux coutumes animistes et les Wetu Lima, ils regroupent environ 2,5 millions d’habitants. Leur culture vivrière se compose principalement de riz, de noix de coco, de canne à sucre et de café.

Une grande partie des Sasak est musulmane, à l’inverse des Balinais qui eux sont hindous. Leur langue est très proche de celle parlée à Bali et Sumbawa. Cependant le dialecte change en fonction de la région.

Les Sasak sont également très connus pour leur fête annuelle Bau Nyale qui a lieu généralement en février ou en mars. Il s’agit d’un rituel célébrer en faveur des prochaines récoltes de riz et qui implique l’apparition des nyale. Il s’agit de vers marins que les Sasak pêchent et dégustent pour fêter de prochaines et abondantes récoltes. A ne pas manquer si vous en avez l’occasion !

 

 

Les Dayak

Femmes Dayak lors d'un festival à Jakarta, photo © Dani Daniar via Shutterstock

Femmes Dayak lors d’un festival à Jakarta, photo © Dani Daniar via Shutterstock

Peuple indigène emblématique de Bornéo, les Dayak forment l’une des ethnies les plus connues d’Indonésie. Principalement localisé à Kalimantan, le pays Dayak demeure l’une des destinations les plus intéressantes d’Indonésie.

Connus comme étant d’anciens guerriers chasseurs de têtes, ils se sont, au fil du temps, converti au christianisme. Cependant, les croyances animistes continuent à être fortement ancrées dans l’esprit collectif et les coutumes locales.

La culture Dayak est très riche et variée. Elle regroupe des danses traditionnelles, des rituels païens et des cérémonies funéraires traditionnelles. Le dialecte local varie également en fonction de la région. Il y a tant à découvrir de celle-ci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *