La place de l’art dans la culture indonésienne

L’Indonésie est un pays à la culture riche et immense. Archipel d’ethnies, de croyances et de coutumes variées, il regorge de choses à voir et à découvrir. Nous vient tout à coup en tête l’image des danses traditionnelles célébrant le passé historique hindo-bouddhique de Java, les spectacles de gamelan ou encore l’architecture raffinée des temples balinais. Résultat de nombreuses influences, notamment dû à sa place centrale dans le commerce international, la culture indonésienne demeure un délicat mélange d’inspirations chinoises, indiennes, arabes et européennes.

 

L’art indonésien, fruit d’un riche passé historique

Artiste devant sa toile à Ubud, Bali, photo © Dima Fadeev via Shutterstock

Artiste devant sa toile à Ubud, Bali, photo © Dima Fadeev via Shutterstock

D’un point de vue historique, plusieurs formes artistiques se sont succédé en Indonésie au cours des siècles. Referons-nous notamment à l’art rupestre retrouvé dans des grottes préhistoriques à Sulawesi. Les temples de Borobudur et Prambanan à Java sont également des témoignages grandioses de l’influence des anciens royaumes hindous et bouddhistes. L’art islamique d’Aceh rend, quant à lui, hommage à la culture musulmane qui régit la société indonésienne depuis plusieurs siècles.

L’artisanat indonésien reste donc riche, raffiné et d’une très grande qualité. Les textiles, dont les fameux batiks et ikats, les sculptures sur bois, la poterie, les masques ou les marionnettes sont-là quelques exemples de l’étendue du savoir et du talent des artisans de l’archipel.

Gastronomie, architecture, peinture, performances artistique ou encore littérature, les artistes indonésiens couvrent avec brio de nombreux domaines. Le rayonnement international de l’art indonésien est en cela immense. Java est par exemple reconnue pour son artisanat traditionnel, ses spectacles de danses, de théâtres et de musique. Comment ne pas penser alors à Yogyakarta, la capitale culturelle et artistique de l’île ?

Pour sa part, Bali affiche un statut artistique de même ampleur et devient une vitrine de la culture indonésienne au cours du XXème siècle. Ainsi, les peintures balinaises demeurent un symbole fort de l’influence de l’île des Dieux sur le reste de l’archipel. Autrefois, celles-ci étaient restreintes aux styles Kamasan et Wayang inspirés des grandes épopées indiennes et autres légendes javanaises.

A l’image de Tahiti pour Paul Gauguin, Bali devint peu à peu un refuge artistique pour de nombreuses personnalités étrangères. Elle accueille dès lors de nombreux artistes de renom, tels l’Australien Donald Friend, l’Allemand Walter Spied ou le Néerlandais Audolf Bonnet. Influencés par l’exotisme balinais, les peintres trouvent leur inspiration dans le style baroque et les thèmes tropicaux et colorés. Aussi, les villes d’Ubud et de Butuan gagnent une importance considérable sur l’île. La première demeure d’ailleurs la capitale artistique de Bali.

 

La place de l’art indonésien de nos jours

Artisan sculptant le bois à Ubud, photo © Dima Fadeev via Shutterstock

Artisan sculptant le bois à Ubud, photo © Dima Fadeev via Shutterstock

Aujourd’hui, les artistes indonésiens contemporains continuent à exposer leurs œuvres dans les galeries nationales voire également à l’étranger. Cependant, l’actuel art contemporain indonésien est le fruit d’une lutte acharnée des artistes pour faire reconnaître leur talent et leur travail. En effet, dans les années 1970, une rébellion contre les institutions artistiques voit le jour. Portée par des artistes originaires de Yogyakarta et de Bandung, cette révolte s’oppose à l’art raffiné et traditionnel promu par les dogmes de l’époque. Aussi, les artistes avaient peu de choix en matière d’expression artistique et devaient donc se tourner vers les arts décoratifs, la peinture ou la sculpture.

Sous le Mouvement du Nouvel Art indonésien, de nombreuses personnes commencèrent donc à critiquer ouvertement le système artistique. Elles l’accusaient ainsi de perpétuer une forme d’art élitiste et fortement occidentalisée. Ce mouvement souhaitait donc instaurer une discipline davantage accessible et démocratique. Précurseur de l’art contemporain en Indonésie, les artistes se réclamant du Nouvel Art commencèrent alors à exposer leurs œuvres sous de nouvelles formes : la photographie, les installations, les peintures réalistes, l’exposition d’objets, etc.

Certains sont aujourd’hui très célèbres en Indonésie, comme par exemple Dede Eri Supria ou encore Hardi. L’art contemporain s’est donc peu à peu imposé pour se démocratiser au reste de l’Indonésie. Des événements ont été créés pour permettre aux nouveaux artistes de partager leur univers et leurs œuvres. C’est le cas par exemple du festival Art Jog ayant lieu chaque année à Yogyakarta. Il ainsi réunit le travail d’artistes indonésiens comme internationaux.

Les artistes des rues exposent également leur talent à la vue de tous, notamment en développant le street-art dans certaines régions indonésiennes. Pour contribuer également à diffuser la culture artistique indonésienne, de nombreux musées sont ouverts au public. On vous recommande d’ailleurs de faire un tour à ceux de Jakarta, Yogyakarta et d’Ubud.

Art contemporain ou traditionnel, il y en a finalement pour tous les goûts !

 

Quelques musées d’art en Indonésie

 

Pour en savoir plus sur l’art indonésien et son évolution, voici des musées qui valent le détour :

  • Museum Sana Budaya, à Yogyakarta
  • Museum Bentara Budaya, à Jakarta
  • Bali Museum, à Denpasar
  • Museum Puri Lukisan, Neka Art Museum, Musuem Rudana et Agung Rai Museum of Art, à Ubud.

 Maintenant que vous avez plus d’informations sur l’art indonésien, il est temps d’aller découvrir tout ça par vous même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *